Le rôle des fascias dans la thérapie EMMETT

Les fascias jouent un rôle très importants dans la pratique de la thérapie EMMETT. Pourquoi et comment ?

La structure et composition des fascias

Selon Wikipédia, un fascia est : « une membrane fibro-élastique qui recouvre ou enveloppe une structure anatomique ». En réalité, les fascias sont le lien organique entre la peau d’un côté et, de l’autre, les muscles, tendons, organes et squelettes qui s’y rattachent également.

Avec la peau, les fascias sont le seul « organe » a recouvrir intégralement la surface du corps, tout en plongeant parfois profondément à l’intérieur.

Les fascias forment un tissu conjonctif très riche en fibres de collagène. Ils sont constitués de fibroblastes entourés d’une matrice. Les fibroblastes sont les cellules principales du tissu conjonctif. Ils produisent notamment des fibres de collagène, le composant principal de cette matrice.

Selon Robert Schleip, directeur de recherche de l’European Rolfing Association de Munich : « Il est intéressant de noter que ces cellules (les fibroblastes) ne représentent qu’un infime volume du tissu conjonctif, mais qu’elles en produisent en revanche une grande partie. »

Le rôle des fascias

Les fascias assurent en réalité deux rôles fondamentaux dans notre anatomie.

Le premier est de constituer une sorte de colle assurant la stabilité des différents organes du corps humain. Ainsi, nous maintenons plus facilement notre structure corporelle face à l’effet de gravité naturellement ressenti. Un peu comme un ciment assure le maintient des briques au sein d’un mur.

Le second rôle des fascias est d’assurer la transmission de messages neuro-chimiques partout dans le corps. Ce sont ces messages qui permettent, entre autre, la contraction ou le relâchement musculaire.

Le fascias et la science

Les fascias forment un système à part entière qui reste encore, à ce jour, largement à explorer. Via ce réseau, les fascias sont interconnectés entre eux, et ce, quel que soit l’endroit du corps. On peut donc dire que leur structure est interdépendante. On peut donc comparer les fascias à un réseau allant de la tête aux pieds, et d’une main à l’autre en passant par les épaules et, même, sous forme de spirale au niveau du tronc.

C’est à Jean-claude Guimberteau, spécialiste français de la main, que l’on doit la découverte du réseau des fascias. Voici ce qu’en dit cet éminent chirurgien : « Grâce aux travaux sur les fascias, on va avoir, petit à petit, de nouvelles perceptions de l’anatomie … qui ouvriront, bien évidemment, sur de nouvelles thérapies. » Il ajoute : « Nous sommes, véritablement, un réseau fibrillaire et ce, de la surface de la peau, jusqu’au plus profond des os et des cellules. Tout est lié par cette organisation fibrillaire, dont le diamètre est extrêmement variable, mais continu. Il n’y a pas d’espace libre, tout est en continuité. »

L'impact des fascias dans notre santé

Carla Stecco, professeur d’anatomie à l’université de Padoue en Italie, a établi un atlas des fascias, pour la première fois systématiquement répertoriés dans l’ensemble du corps humain.

Voici ce qu’elle dit sur les fascias : « Je pense que les fascias sont très importants. Les ignorer, serait comme ignorer les nerfs ou les vaisseaux sanguins du corps. Ils forment un véritable organe, et nous devons comprendre comment le traiter. » Grâce à son travail, notamment sur le fascia thoraco-lombaire, on cerne de mieux en mieux la cause du mal de dos qui touche près de 80% de la population mondiale.

Selon Carla Stecco, le fascia thoraco-lombaire, l’un des plus importants de notre corps, est « certainement à l’origine de la plupart des maux de dos.»

Les fascias dans la thérapie EMMETT

Les fascias, tout comme la peau, jouent un rôle très important dans la pratique de la thérapie EMMETT. Grâce à la circulation d’informations neuro-chimiques, les points d’acupression exercés à certains endroits précis du corps, déclenchent des effets de relâchement musculaire permettant d’apaiser les douleurs de la zone concernée.

C’est en variant ces points et en les combinant entre eux, que le praticien EMMETT adopte l’approche « caméléon » et peux concevoir des séances adaptées aux besoin de sa patientèle.

©Olivier Bonnafy